04/01/2014

Brève histoire des choses de Jacques A. BERTRAND

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu son auteur dans l'émission "La grande Librairie".
Je lui donnerai 4/10.
Quelques notes sur l'auteur : De son vrai nom Jacques-André Bertrand est un écrivain français né en Ardèche en 1946. Il est marié. Sa femme et lui se sont battus contre le cancer simultanément ce qui lui a valu d'écrire sur son combat contre la maladie dans "Comment j'ai mangé mon estomac" en 2014. Après un "bac philo", il entre à l'Ecole Supérieure de journalisme de Lille. Il devient alors journaliste professionnel durant une douzaine d'années avant d'entamer sa vocation d'écrivain. Il est l'un des papous de l'émission de France Culture "Des papous dans la tête". Il a écrit une vingtaine de romans  avec "Tristesse de la balance et autres signes" en 1983 pour aboutir en 1995 à son premier prix littéraire pour "Le Pas du Loup" dont il a reçu le prix de Flore. On pourra noter "L'infini et des poussières" vers 2000. En 2015, il publie "Brève histoire des choses".
RESUME : Plusieurs histoires sur des choses.
MES IMPRESSIONS : Très déçue car le livre semble un peu baclé. J'en suis désolée car l'idée en elle-même et la façon dont son auteur en avait parlé lors de l'émission littéraire promettait un bien meilleur livre. Chaque thème choisi comme celui sur le parapluie est un genre d'analyse sur le mot et l'utilisation de l'objet en question dans tous les sens du terme à travers un humour plus ou moins plaisant. Bref, ce livre est pour moi léger et je n'ai rien appris, ce ne fut même pas détendant car parfois j'ai eu l'impression de lire dans le vide. C'est dommage ! Si vous l'avez aimé, je serai contente que vous partagiez avec moi votre avis...

La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina BIVALD

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai vu des personnes le lire cet été.
Je lui donnerai 7/10.
Quelques mots sur l'auteur : Katarina Bivald est née en 1983. Elle a grandi dans le milieu des livres et a travaillé à mi-temps dans une librairie. Elle vit actuellement à Stockholm avec sa sœur. "La bibliothèque des cœurs cabossés" est son premier roman paru en 2015.
RESUME : Sara Lindqvist, suédoise et libraire, arrive à Broken Wheel dans l'Iowa pour faire la connaissance d'Amy Harris connue sur les réseaux sociaux dont la passion commune est la lecture. On lui annonce alors le décès de la vieille femme. Sara est alors accueillie par ses amis dans sa propre maison. Elle va quand même rester là 3 mois (durée de son visa) sous la pression des habitants. Avec l'aide de ces derniers elle va monter une librairie avec les livres d'Amy. Pour la première fois de sa vie, elle se fait des amis et la jeune femme célibataire étriquée se sent enfin bien dans sa peau. Mais elle doit repartir....
MES IMPRESSIONS : Un roman d'été qui se lit agréablement et dont l'intrigue est bien menée. On pourrait aussi parler d'une histoire en continu où chacun mène sa vie dans une petite ville américaine sans originalité. Sara joue le rôle principal et tout tourne autour d'elle bien évidemment. C'est une femme décrite comme banale, transparente et n'ayant pas de personnalité. Et pourtant, elle va s'imposer avec tout le côté "godiche" qu'elle incarne. On assiste en effet dans ce roman à la description basée sur la psychologie des personnages. Toutes les générations se croisent et les habitudes des uns et des autres s'intercalent dans la vie de la nouvelle librairie qui devient le centre des rencontres et des intrigues amoureuses.... A lire pour se distraire sans prétention.

Le coeur du pélican de Cécile COULON

ROMAN PARU EN 2015

Le choix de ce livre s'est fait car on m'en a parlé.
Je lui donnerai 9,5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Cécile Coulon est une jeune écrivain française qui est née en 1990. Elle a étudié hypokhâgne et khâgne à Clermont-Ferrand pour poursuivre par les Lettres Modernes. Elle se consacre aussi à une thèse au "Sport et Littérature". Elle est passionnée par la littérature ainsi que le cinéma. Elle a déjà écrit quelques romans avec "Le voleur de vie" et un recueil de Nouvelles "Sauvages". On pourra noter "Méfiez-vous des enfants sages" en 2010, "Le roi n'a pas sommeil" en 2012 couronné par le Prix Mauvais Genres de France Culture et par le Nouvel Observateur.  On peut ajouter "Le rire du blessé" en 2013 et pour finir "Le cœur du pélican" en 2015. Cette jeune femme est considérée comme l'un des espoirs les plus prometteurs de sa génération.
RESUME :  Anthime est devenu le champion de la course à pied dans son collège et son avenir semble tout tracé. Il poursuit son talent avec son entraîneur. Mais très vite une douleur à la jambe l'incite à arrêter. Ce roman raconte le déclin du champion jadis adulé pour une vie beaucoup plus classique où le mal-être est venu tout envahir. Comment va se transformer le destin d'Anthime ?
MES IMPRESSIONS : Ce livre est vraiment une excellente surprise. Tout est présent : la qualité de l'écriture, le suspens, une étude très fine des comportements des divers personnages, et une fin tellement surprenante. Un livre aussi très personnel et original qui ne ressemble à aucun autre. On ne peut pas oublier le héros et l'anti-héros Anthime qui nous touche et nous révolte. C'est un individu tellement imprévisible et pourtant on le comprend. Dans sa descente aux enfers, on a du mal à le suivre et on espère qu'il s'en sortira aussi. Un drôle de destin pour ce champion déchu. Va-t-il renaître, ce serait sans doute un peu facile de tout recommencer ? A vous de le découvrir car nous sommes loin du roman à l'eau de rose. C'est dur et à la fois plein d'indulgence et de compréhension. Je ne peux en dire plus mais j'ai beaucoup aimé toute cette ambiguïté qui traverse cette histoire.

Plus fort que les Ténèbres de Matthieu DAUCHEZ

PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Le père Matthieu Dauchez est né en 1975 à Versailles. Il entre au séminaire d'Ars-sur-Formans en 1995. Après 2 ans de coopération, il répond au désir du Cardinal Sin, archevêque de Manille, de mettre des prêtres diocésains au service des plus pauvres.  Il est ordonné prêtre en 2004. Il est aujourd'hui directeur de la fondation "Tulay ng Kabataan" qui accueille les enfants des rues dans les foyers d'insertion. Il a reçu la visite surprise du pape François lors de son voyage aux Philippines. Prêtre du diocèse de Manille depuis 2011, il s'occupe d'une association qui vient en aide aux enfants des rues. Il a écrit "Mendiants d'amour" paru en 2010, "Le prodigieux mystère de la joie" en 2014 et "Plus fort que les Ténèbres" en 2015.
RESUME : Un jeune garçon Darwin, enfant des rues de Manille, vit un combat quotidien pour survivre. Il sera finalement admis dans un foyer d'accueil à 11 ans en raison de la maladie qui le ronge et l'empêche de continuer à mendier dans les rues de Manille, paralysé des jambes tout d'abord puis du reste de son corps. Le prêtre l'accompagnera jusqu'à son dernier souffle.
MES IMPRESSIONS : Le père Matthieu Dauchez nous livre la vie de ce jeune Darwin avec une certaine émotion. Ce jeune garçon lui fait entièrement confiance et trouve dans la spiritualité une quiétude qui l'aide à poursuivre sa dure vie de pauvreté et de souffrance en raison de la myopathie dont il est atteint. Son courage, il le trouve dans sa foi en Dieu et la Vierge à travers les yeux du père Matthieu. Ce petit garçon aîné d'une nombreuse famille veut aider sa Maman en mendiant car elle n'a pas assez d'argent pour nourrir ses enfants. Son père est parti vivre autre chose dans la débauche. La mère de Darwin fait le sacrifice de le confier au foyer pour qu'il puisse moins souffrir mais ce dernier est très ennuyé de devoir quitter sa famille et ne plus pouvoir lui rendre service. Sa foi va grandir dans la souffrance et entouré des amis du foyer il va s'éteindre très courageusement laissant chacun désemparé devant tant d'humilité et de générosité. Un très beau livre émouvant qui ne laisse pas indifférent à la misère humaine.

Camille, mon envolée de Sophie DAULL

PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu Sophie Daull en parler à la Grande Librairie sur la 5.
Je lui donnerai 9/10.
Quelques mots sur l'auteur : Sophie Daull, comédienne et écrivain, est née en 1963 dans l'est de la France. Elle vit actuellement à Montreuil, mariée avec Jean-Luc Lucas avec qui elle a eu une fille Camille, décédée en 2013 à l'âge de 16 ans. Son parcours passe par la musique : piano et chant, la danse contemporaine et le théâtre. Tous les 10 ans, elle se lance dans un "seule en scène"de 1988 à 2008. On entend sa voix sur France Culture dans "Surpris par la nuit", ou "La fabrique de l'histoire". Son premier livre "Camille, mon envolée" est paru en 2015, relatant la mort de sa fille et son second livre "La suture" en 2016.
RESUME : Camille est décédée en 4 jours suite à une fièvre foudroyante. Sa mère Sophie Daull a écrit son agonie et leur souffrance pour ne pas oublier et se reconstruire.
MES IMPRESSIONS : Un livre dont le réalisme nous saute aux yeux. Il se dégage une vérité palpable où la mort s'incruste avec une violence inouïe dans ce corps de jeune fille de 16 ans pleine de vie. Toute la famille assiste impuissante à cette fièvre qui ne baisse plus, qui ne laisse plus d'espoir,  et où le corps médical ne semble pas prendre la mesure de la gravité de la situation. Certaines maladies ne sont pas faciles à détecter, il est vrai, mais on sent une certaine désinvolture de la partie médicale. Les parents connaissent leur enfant et leurs instincts les poussent souvent vers la vérité et la bonne sensation de savoir si c'est grave ou pas. Une fois que l'irréparable arrive, ce sont des cris de souffrance que l'on entend, de l'incompréhension. Les parents et les amis sont comme dans un cauchemar, un brouillard au travers duquel ils ne peuvent pas sortir. Cette sensation de vide est admirablement rendue mais on sent que c'est le vécu de l'auteur, il n'y a pas de chichis. Mais ce que je peux rajouter c'est que pour moi, le livre n'est pas écrit dans le sens de la tristesse. Je n'ai pas pleuré malgré la situation dramatique car le côté objectif du livre nous donne cette maturité que Sophie Daull nous transmet dans son récit. La reconstruction passe par l'écriture et en tant que lecteur, j'ai senti  cette idée de témoignage, de laisser une trace de cet événement pour ne pas oublier et pour faire le deuil. Le lecteur est invité à vivre ce moment d'espérance malgré la douleur d'une mère et d'un père face à leur enfant unique. Très bon livre émouvant et très bien écrit.

Les quatre saisons de l'été de Grégoire DELACOURT

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car on me l'a prêté.
Je lui donnerai 4/10.
Quelques mots sur l'auteur : Grégoire Delacourt est né à Valenciennes en 1960. Après un bac obtenu de justesse en 1979, il se lance dans le milieu publicitaire vers 1982. Trois slogans connus à son actif : "Vous n'aviez jamais mangé de camembert" (Coeur de lion), "Nous vous devons plus que la lumière" (EDF), "Un Lutti d'offert, c'est un Lutti de perdu" (Lutti). Il crée sa propre agence de publicité. En 2011, il se lance dans l'écriture avec "L'écrivain de la famille" qui reçoit le Prix Marcel Pagnol. En 2012, "La liste des envies" semble aussi surprendre le lecteur.  Suivra en 2013 "La première chose qu'on regarde". Son dernier livre "Les quatre saisons de l'été" est sorti en 2015.
RESUME : Quatre nouvelles, quatre souvenirs de vacances, quatre couples : leurs destinées amoureuses avec leurs déceptions et leurs joies.
MES IMPRESSIONS : J'ai vraiment perdu mon temps en lisant ce nouveau livre de Grégoire Delacourt. C'est très décevant alors que cet écrivain nous avait réservé au moins deux romans plutôt valables. Cette énumération de nouvelles est confuse, je trouve ce livre bâclé et surtout sans intérêt. Pour le lecteur, je n'ai rien ressenti qui me laisse la possibilité de vous le conseiller alors que j'aime bien transmettre en général mes lectures. J'espère que le prochain livre de cet auteur sera à nouveau meilleur car il est difficile d'être toujours inspiré c'est certain mais ne vaut-il pas mieux attendre un peu plus longtemps pour publier un bestseller.

Danse les ombres de Laurent GAUDÉ

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 4/10.
Quelques notes sur l'auteur : Laurent Gaudé est né en 1972. Il a fait des études de Lettres Modernes et réalise une thèse sur le théâtre, sa grande passion. En 1999, il publie sa première pièce : "Combats de possédés". Après avoir écrit plusieurs pièces de théâtre, il se lance dans l'écriture de romans. En 2002, il reçoit le prix Goncourt des Lycéens pour "La mort du roi Tsongor" et le prix des Libraires en 2003. Plus tard en 2004, il reçoit le Prix Goncourt pour "Le soleil des Scorta" et se fait connaître du grand public. Dernièrement , il fait son retour en librairie avec "Eldorado", roman qui fait partie de la rentrée littéraire 2006. En 2007, lui succède "Dans la nuit mozambique". En 2008, il nous gratifie d'un nouveau roman "La porte des Enfers". "Ouragan" paraît à son tour en 2010. En 2012, il continue son oeuvre par "Pour seul cortège". Puis dernièrement en 2015, on trouve "Danse les ombres".
RESUME : Autour d'un tremblement de terre épouvantable à Port-au-Prince à Haïti, chacun essaye de s'en sortir. Les liens entre les personnes sont parfois tendus et le passé ressurgit pas toujours sans conséquences. Les rancoeurs perturbent le sauvetage et malgré une solidarité logique, les haines ressortent et le favoritisme injuste aussi.
MES IMPRESSIONS : J'apprécie en général pourtant l'oeuvre de Laurent Gaudé, mais là je trouve que ce roman est brouillon. Il y a trop d'informations au niveau des personnages et j'ai eu du mal à faire les liens entre ces derniers. Le fil conducteur du livre est pour moi assez confus même si j'en ai compris l'idée générale. Chacun défend ses intérêts et malgré toutes les pertes de repaire en raison du tremblement de terre, les réactions humaines refont surface et les personnes sont capables d'avoir les mêmes comportements que lorsque tout va bien : comme aider ou ne pas aider les autres même en cas d'urgence, de privilégier ses amis et laisser ses anciens ennemis de côté. La survie n'épargne pas les sentiments. Pour finir, je n'ai pas beaucoup aimé ce roman mais certains lecteurs avec qui j'ai partagé une discussion sur ce livre l'ont apprécié. Je ne peux donc pas faire une conclusion définitive. A vous de vous faire votre propre opinion.

La fragilité psychique des jeunes adultes du Dr David GOURION

ESSAI PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu sur RTL une émission sur le thème de la fragilité psychique des jeunes entre 15 et 30 ans argumenté par le médecin lui-même entre autre.
Je lui donne 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Le Docteur David Gourion, né en 1971, est un médecin psychiatre qui exerce à Paris. Il a réalisé un doctorat de neurosciences et un postdoctorat à l'Université McGill au Canada. Il est l'auteur en collaboration avec le Professeur Henri Lôo des livres "Les nuits de l'âme. Guérir de la dépression" publié en 2007 et "Le meilleur de soi-même. Empathie, attachement, et personnalité" paru en 2011. "La fragilité psychique des jeunes adultes. 15-30 ans : prévenir, aider et accompagner" sorti en 2015 est son dernier livre.
RESUME : A partir de son expérience de psychiatre, le Docteur David Gourion décrit dans ce livre les premiers signes de fragilité des jeunes de 15-30 ans. Il présente de même des nouvelles pistes concrètes et utiles pour aider ces jeunes et leurs familles.
MES IMPRESSIONS : Livre très intéressant qui peut permettre de faire le point sur la personnalité de nos enfants et sur d'éventuelles difficultés que nous pouvons tous rencontrer dans le parcours de leur croissance. On s'aperçoit que chacun d'entre nous reçoit un potentiel différent sur le plan psychique, certains sont forts, d'autres beaucoup moins. L'équilibre de chacun se fait dès les premières années et les conseils de ce psychiatre montrent qu'il ne faut pas laisser pourrir parfois certains états qui peuvent être précurseurs de maladie ou certaines réactions curieuses qui mènent à des maladies chroniques plus graves. Ce livre permet de prendre conscience que les maladies psychiques arrivent subrepticement et qu'une fois bien installées, il est beaucoup plus complexe de les soigner sans séquelles. Les tests proposés dans le livre permettent aussi de mieux se connaître ainsi que ses proches. Il faut laisser trainer ce livre chez vous sans l'imposer,  chacun certainement y jettera un coup d'oeil de façon discrète mais il peut sauver des vies qui peuvent être gâchées par négligence. Il est un peu cher à l'achat mais je ne regrette pas d'avoir fait l'investissement car il m'a appris des choses et cela peut m'amener à aider des personnes en difficulté par ignorance de leur état.

La perle et la coquille de Nadia HASHIMI

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 9/10.
Quelques mots sur l'auteur : Nadia Hashimi est une écrivain américaine née à New York qui a grandi dans le New Jersey. Ses parents sont originaires d'Afghanistan qu'ils ont dû quitter avant l'invasion soviétique au début des années 70. Elle a fréquenté l'université de Brandeis où elle a reçu le diplôme du Moyen Orient et de biologie. Puis, elle a fait médecine à Brooklyn, spécialisée en pédiatrie. Elle est mère de 4 enfants. "La perle et la coquille" est son premier roman paru en 2014 (vo) et 2015 (vf). Le second est "Lorsque la lune est faible"
RESUME : L'histoire se passe en 2007 à Kaboul. Les talibans font la loi. La condition de la femme est compliquée. Rahima n'a pas de frère et son père est malade. Elle va jouer provisoirement avant sa puberté le rôle d'un jeune garçon afin de faire les courses et sortir ses soeurs qui ne peuvent se promener seules. En parallèle, l'auteur raconte l'histoire d'une ancêtre de Rahima qui a aussi un destin particulier en devant se déguiser en homme pour travailler au service du roi.
MES IMPRESSIONS : C'est un excellent roman qui m'a beaucoup plu même s'il était peut-être un peu long. Les deux intrigues sont bien menées et la vie de chaque femme est intéressante à analyser. Le style est agréable à lire et les relations entre les femmes et les hommes sont instructives dans ces familles où les coutumes sont si importantes. Mariages imposés, les femmes doivent obéir aux ordres et travaillent très durs. Elles sont soumises mais on découvre l'ouverture d'une forme de liberté par la politique sans que pour autant elles puissent se libérer. Je le conseille pour son intérêt culturel.

L'empereur, c'est moi d'Hugo HORIOT et Le petit Prince cannibale de Françoise LEFÈVRE

ESSAI PARU EN 2015
Les choix de ces livres s'est fait çar j'en ai entendu parler par son auteur et sa mère sur la 5 dans l'émission C à vous.
Je leur donnerai à tous les deux 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Hugo Horiot, réalisateur, écrivain et acteur, est né en août 1982 à Dijon. Il est le fils de Françoise Lefèvre, auteur de livres aussi, qui a écrit sur la relation qu'elle a eu avec lui durant son enfance dans "Surtout ne me dessine pas un mouton" et "Le Petit Prince cannibale". A 6 ans, Hugo s'appelait encore Julien et il était autiste. Alors qu'il commence seulement à parler, il décide de perdre cet ancien prénom et son état qui le hante. Menacé par les divers médecins rencontrés d'entrer dans un hôpital psychiatrique, Hugo est sauvé par sa mère qui le maintient vaille que vaille dans un système scolaire classique. Aujourd'hui Hugo Horiot vit à Paris, parfois appelé pour témoigner du syndrome d'Asperger. Il est aussi papa. On compte dans ses écrits "L'empereur, c'est moi" paru en 2013 et "Carnet d'un imposteur" en 2016.
RESUME : Julien qui va devenir Hugo nous raconte son histoire de vie d'autiste de sa naissance à l'âge de 6 ans où il décide qu'il va guérir et devenir une autre personne en prenant un nouveau prénom.
MES IMPRESSIONS : Témoignage plutôt poignant par l'intensité de la souffrance de ce petit garçon enfermé dans son handicap. Sa mère le suit de très près et l'empêche de sombrer et surtout d'être dirigé vers l'hôpital psychiatrique qui entraînerait sa perte. On sent dans ce livre la force de caractère de cet enfant affectueux mais tellement colérique aussi car il ne se sent pas compris. Il doit combattre le regard des autres car il pense aussi avec une vraie intelligence et il veut essayer de faire comprendre qu'il a envie de changer mais le temps que l'entourage le comprenne est long pour un jeune enfant. La Maman a, elle, compris que son enfant allait s'en sortir mais elle est seule face aux autres et face à des équipes médicales souvent résignées à ne pas vouloir écouter les souffrances de cet enfant dont la solution est de l'interner avec des médicaments abrutissants. J'ai beaucoup aimé ce récit par son auteur lui-même qui est très conscient de ce qu'il est devenu même s'il doit toujours lutter contre ses vieux démons.
SECOND LIVRE
ESSAI PARU EN 1990

Quelques mots sur l'auteur : Françoise Lefèvre est la mère de Julien/Hugo Horiot. Née en 1942 à Paris, c'est une femme de lettres. Elle débute sa carrière d'écrivain en 1974 et chacun de ses livres raconte des épisodes marquants de sa vie. "La première habitude" parait en 1974. Une quinzaine d'années plus tard en 1990, elle écrit "Le petit Prince cannibale" qui raconte l'autisme de son fils et reçoit à cette occasion le prix Goncourt des lycéens. Suivent en 1995 "Surtout ne me dessine pas un mouton" et "Un album de silence" en 2008.
RESUME : Même histoire que le livre du fils vu par la mère.
MES IMPRESSIONS : Je pense avoir apprécié autant le livre de la mère que du fils. Ces deux points de vue en parallèle sont intéressants et permettent d'observer le vécu de chacun d'entre eux. Alors que la mère a 4 enfants, elle doit gérer tout particulièrement ce fils pas comme les autres. La petite soeur de ce dernier s'entend bien avec son frère. Elle ne voit pas la différence chez lui et cela lui permet de ne pas en souffrir et à son contact il se sent bien. On sent dans son livre le combat d'une mère qui lutte de toutes ses forces contre l'hospitalisation probable et qu'on lui conseille pour son fils trop turbulent, trop colérique, trop imprévisible, trop violent et qui ne parvient pas à vivre avec les autres. Lire ces deux livres m'ont enthousiasmée.


Soumission de Michel HOUELLEBECQ

ROMAN PARU EN 2015

Le choix de ce livre s'est fait en raison de la publicité par son auteur mais aussi indirectement par les media qui en ont beaucoup parlé.
Je lui donnerai 7/10.
Quelques mots sur l'auteur : Michel Houellebecq, de son vrai nom Thomas, est né à la Réunion en 1958 selon sa biographie officielle (j'ai lu 1956 d'après d'autres sources renseignées sur son état civil). C'est un écrivain français, poète, essayiste, romancier et réalisateur. Son père, guide de haute montagne, et sa mère, médecin anesthésiste, ne se sont pas beaucoup occupés de lui et l'ont confié à sa grand-mère paternelle née Houellebecq, nom qu'il utilisera comme pseudonyme d'écrivain. Dès 6 ans il est élevé dans l'Yonne par cette dernière qui avait des idées communistes. Elle meurt en 1978 et en 1980, il obtient le diplôme d'ingénieur agronome. Un an après, il épouse la cousine de son meilleur ami dont il aura un fils Etienne. Il démarre alors une période de chômage puis son divorce qui le mèneront à faire plusieurs séjours en milieu psychiatrique. Depuis l'âge de 20 ans, il avait montré des aptitudes à l'écriture en commençant par faire des poèmes. Sa sortie de dépression va le mener vers un emploi de Secrétaire administratif à l'Assemblée Nationale qui lui permet de se stabiliser professionnellement et financièrement. Il peut alors se consacrer plus sereinement à ses écrits.  Dans son oeuvre, on peut noter trois recueils principaux de poèmes : "La poursuite du bonheur" en 1992, "Le sens du combat" en 1996 qui obtient le Prix de Flore et "Renaissance" en 1999. Sa rencontre avec Marie-Pierre Gauthier annonce son second mariage en 1998. Entre temps, il a commencé en parallèle ses premiers romans avec en 1994 "Extension du domaine de la lutte" qui le fait connaître davantage, en 1998 "Les particules alimentaires" traduit en 25 langues et lauréat du Prix Novembre, "meilleur livre de l'année" et je noterai en 2005 "La possibilité d'une île" qui a reçu le Prix Interallié et en 2010 le Prix Goncourt récompense "La carte et le territoire". Je n'ai pas cité l'ensemble de tous ses écrits divers car très dense mais j'ai lu que Michel Houellebecq avait reçu en 1998 le Grand Prix National des Lettres Jeunes Talents pour l'ensemble de son oeuvre. Après avoir habité en Irlande dans le Comté de Cork, où il a écrit "Plateforme" (2001) son troisième roman, il déménage en Espagne en 2005 où il réside actuellement. Ce départ précipité s'explique par une accusation à son encontre et qui l'a mené à un procès le 17 septembre 2002. Il gagnera grâce au soutien des intellectuels, ses lecteurs et son avocat Maître Pierrat. Différentes associations de musulmans et le Recteur de la Mosquée de Paris l'accusant d'incitation à la haine raciale et injures suite à une interview tronquée dans le magazine Lire. Il s'est promis de ne plus jamais répondre en France aux media depuis cette malcontreuse mésaventure. Son dernier roman "Soumission" paru début 2015 le fait revenir sur la scène publique et suscite à nouveaux des polémiques dans un contexte d'attentats qui ont eu lieu au moment de la sortie de son livre qui raconte la montée de l'islamisme en France.
RESUME : Le narrateur, professeur à l'université de la Sorbonne, raconte l'arrivée au pouvoir d'un président islamiste en 2017.
MES IMPRESSIONS : Houellebecq a t-il dépassé les limites ? Comme le jugent certains. A-t-il une intuition visionnaire qui le fait s'exprimer ainsi au travers d'un roman explosif ? Est-ce uniquement un coup médiatique pour mieux se faire entendre et bien vendre ? Toutes les versions sont possibles et pourtant son auteur en parle comme d'un simple roman. Son livre semble prendre la société au dépourvu car il exprime une angoisse grandissante qui existe réellement dans la société actuelle avec la montée des partis extrêmes. Il exprimerait tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Dans sa biographie, on remarque que l'écrivain n'est pas tout à fait neutre politiquement. Il a ses idées et au travers de son écriture, il les transmet. Le roman fait passer un message réel mais il se défend de véhiculer la haine ou autre chose. A chacun de prendre sa responsabilité dans son interprétation. Il est vrai que l'impact du roman sur moi a une répercussion forte. On se trouve dans un mélange de fiction et de réalité puisque les personnages empruntés à l'histoire sont pour certains réels. Dans un esprit visionnaire, on aurait tendance à le croire et certains faits le prouveraient. A la fois, c'est si proche et si impalpable. Je souligne pour finir que le rêve ou le cauchemar de l'auteur, cela dépend comment il voit l'avenir, interpelle très certainement les lecteurs que nous sommes.

Entre deux mers, voyage au bout de soi d'Axel KAHN

ESSAI PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai lu son premier essai sur sa traversée pédestre de la France et je voulais en connaître davantage.
Je lui donnerai 6/10.
Quelques mots sur l'auteur : Axel Kahn, né en septembre 1944 en Indre-et-Loire, est un scientifique, médecin généticien et essayiste français. Il est le fils du philosophe Jean Kahn Dessertenne, d'ascendance juive alsacienne laïque et champenoise, et frère du journaliste Jean-François Kahn et du chimiste Olivier Kahn. Son père s'est suicidé en 1970 lui laissant un message à lui seul : "sois raisonnable et humain". Il a tout d'abord un parcours scientifique avec des études de médecine à Paris se spécialisant en hématologie. Il a été directeur de l'Institut Cochin (1972), Président de l'Université Paris Descartes (2007-2011) et directeur de recherche  à l'INSERM. Il est connu pour ses prises de position sur certaines questions éthiques et philosophiques ayant trait à la médecine et aux biotechnologies en particulier au clonage et aux OGM. Parallèlement il a affiché ses idées politiques très jeune à 17 ans en s'engageant au parti communiste qu'il quittera en 1977. Après 1981, il adhérera au parti socialiste juste 2 ans. Il a soutenu Martine Aubry aux primaires et a été battu contre François Fillon aux dernières législatives. Il a écrit une vingtaine d'ouvrages de 1996 à 2014. Je noterai son dernier essai paru en 2014 "Pensées en chemin. Ma France, des Ardennes aux Pays Basque". Et le second qui finalise son voyage "Entre deux mers, voyage au bout de soi" paru en 2015.
RESUME : Récit du second voyage d'Axel Kahn réalisé au printemps 2014 de la Pointe du Raz en Bretagne jusqu'à Menton et la Méditerranée. Description des lieux traversés et réflexion personnelle essayant d'aller au bout de soi.
MES IMPRESSIONS : Ce second livre m'a tout de même un peu déçue en comparaison du premier. Sans doute la cause en est que le quotidien de son périple devient trop répétitif : la douche réparatrice, les soins des blessures, les rencontres du soir, la nuit qui permet de récupérer puis de réveil le lendemain aux aurores, la marche qui redémarre...Son style d'écriture ne transmet pas vraiment d'émotion au lecteur et s'inscrit sur un style journalistique et descriptif. Axel Kahn ne se livre pas suffisamment comme Jean-Christophe Rufin dans sa marche vers Compostelle dans "Immortelle randonnée" paru en 2013. Au cours de sa première traversée, il visitait des personnes qu'il connaissait et l'on sentait plus d'émerveillement dans sa façon de raconter et de partager. Ce livre-là s'installe plus dans une routine et par contre ce que l'on ressent plus ici, c'est le ressenti de l'homme qui a pris un an de plus et pour qui ce parcours devient plus une épreuve physique avec tous les petits et plus gros bobos qu'il doit endurer. Même si le moral l'emporte sur le découragement le plus souvent, il est évident que la résistance physique d'un homme de 70 ans n'est plus la même que celle d'un jeune. Axel Kahn réalise que cela sera sans doute son dernier voyage seul à pied, et il en devient nostalgique. Le constat de la vieillesse et de la perte de l'énergie fait se poser à l'homme diverses questions. Ce n'est pas toujours facile à accepter. J'ajoute que sa compagne de route représentée par une peluche devient la mascotte de son voyage. Pour le voyageur, ce personnage l'accompagne et son imaginaire lui permet de se sentir moins seul. C'est une nouvelle idée d'Axel Kahn qui a créé ce besoin d'aimer durant sa route et de faire reconnaître aux autres que cette peluche a son importance. La perte momentanée de sa mascotte l'a préoccupé mais on lui a rapporté et il s'est senti soulagé. L'homme peut donc s'attacher à un objet comme le petit enfant, retour en arrière sur le bilan de cette longue vie. A lire pour les aventuriers et ceux qui aiment retrouver leur région au travers de ce récit qui décrit notre pays la France.

Une vie parfaite de Mary KUBICA

ROMAN PARU EN 2015

Le choix de ce livre s'est fait car je l'ai vu sur un site de lecture dont je fais partie.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Après des études d'arts et d'histoire de la littérature américaine, Mary Kubica a d'abord été enseignante. Cette passionnée de Dickens et d'Hemingway vit près de Chicago. Elle est devenue écrivain à temps complet. (Je n'ai pas trouvé sa date de naissance).
RESUME : Histoire du kidnapping de Mia Dennett, jeune héritière d'une famille bien connue à Chicago. Sa libération attendue révèle bien des mystères...
MES IMPRESSIONS : Un enlèvement angoissant et à la fois énigmatique. Les réactions familiales créent le doute sur la véracité de ce kidnapping. Le père, homme en vue politiquement, ne veut pas que cette nouvelle devienne publique pour ne pas entraver sa carrière. Il semble ne pas apprécier sa fille qu'il décrit comme une fille indomptable et rebelle. La mère au contraire pleure sa fille bien aimée au point de ne plus reconnaître le comportement de son mari. Sa fidélité va flancher alors que lui qui s'est toujours tout permis voit aussi sa vie quotidienne prendre un tournant inquiétant. L'enquête avance en même temps et la jeune fille s'habitue à sa captivité difficile mais à laquelle elle s'acclimate. L'issue va être foudroyante ... Et je pense qu'elle en étonnera plus d'une ou d'un lecteurs.

L'homme qui ment de Marc LAVOINE

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu parler de lui dans divers média.
Je lui donnerai 6/10.
Quelques mots sur l'auteur : Né en août 1962 à Longjumeau, Marc Lavoine a oscillé depuis l'âge de 16 ans entre les deux carrières de chanteur et acteur. Finalement, son premier succès dans la chanson "Elle a les yeux revolver" lui permet en 1983 de percer. On lui connaît aussi "Le parking des anges" ou "Bascule avec moi". En 1997, il reçoit le prix du meilleur clip aux victoires de la musique en 1997 pour la chanson "C'est ça la France" en 1996. Fabrice Aboulker a été un personnage important pour le démarrage de cette carrière de chanteur. En parallèle, le chanteur a commencé aussi une carrière d'acteur en commençant très jeune aussi dans des téléfilms. Il a joué dans "l'Enfer", de Claude Chabrol, à côté d'Emmanuelle Béart et François Cluzet. Son rôle le plus connu est celui d'Alex, un homme marié et volage, dans les 3 volumes du film "Le coeur des hommes" en 2003, 2007 et 2013. Son premier livre "L'homme qui ment" est paru en 2015. J'ajouterai que Marc Lavoine a été marié deux fois, son second mariage en mai 1995 avec Sarah Poniatowski, nièce de l'ancien ministre Michel Poniatowski, princesse de Pologne et de Lituanie. Il a eu 3 enfants de cette union et un garçon de la précédente avec Denise Pascale. On lui connaît des actions dans la lutte contre l'illettrisme, sa participation au groupe des Enfoirés, un aide auprès des jeunes autistes dans le journal Le Papotin. Je ne parle pas de sa famille qu'il décrit tout aussi bien dans son roman.
RESUME : Marc Lavoine raconte la vie de sa famille à travers le personnage de son père, un homme original et marginal, manipulateur et envahissant qui a eu une forte influence sur eux tous.
MES IMPRESSIONS : J'ai entendu parler de ce livre comme une merveille. J'avoue avoir été un peu déçue par ce qualificatif. Cependant, l'intrigue sur l'histoire de cette famille est animée et l'on ne se lasse pas dans cette lecture. Le style d'écriture est particulier, il a fallu que je m'habitue mais pourquoi pas ?! Pour parler du contenu, je dirai que Marc Lavoine partage avec ses lecteurs une vie originale, animée mais déséquilibrée aussi. Sa mère paraît en souffrance dans un couple qui ne fonctionne pas bien en raison de l'infidélité du mari qui pourtant, essaye de tout cacher et de mentir. Marc Lavoine voit tout cela avec ses yeux d'enfant mais il voit bien ce malaise s'installer dans la famille et son frère va l'aider à traverser cette instabilité. Cette histoire hors du commun n'est pas celle de tout le monde et finalement le chanteur s'en sort bien par la suite avec une vie plus classique lors de son second mariage, père de 3 enfants à son tour. Je conseille cette lecture et j'aimerai surtout avoir vos avis sur ce livre car je suis à la fois contente de l'avoir lu et en même temps je ne sais pas si je me suis laissée influencer par la publicité qu'on en a faite.

Va et poste une sentinelle d'Harper LEE

ROMAN PARU EN 2015

Le choix de ce livre s'est fait car j'avais lu le premier livre d'Harper Lee et à l'annonce du second je me suis précipitée pour le lire.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Harper Lee est une écrivaine anglaise née à Monroeville en Alabama en 1926. Elle commence des études de droit qu'elle abandonne pour se consacrer à l'écriture. Elle reçut le Prix Pulitzer en 1961 pour son unique livre qui est toute son oeuvre "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" paru en 1960 et réédité en 2005. Son roman fait partie des plus grands best-sellers du XXème siècle. Elle vit toujours quasiment dans l'anonymat entre New-York et Monroeville. Elle est la grande amie de Truman Capote. Depuis ce dernier livre, Harper Lee est décédée en février 2016 et elle a écrit une suite à son unique roman qui est paru en 2015 sous le titre "Va et poste une sentinelle".
RESUME : Jean Louise Finch a commencé une nouvelle vie à New York mais le retour à la maison au milieu des années 1950 pour revoir son père Atticus en Alabama va prendre une tournure inattendue. Les questions raciales sont toujours d'actualité dans cette région alors qu'elle pensait que ces questions n'étaient plus d'actualité.
MES IMPRESSIONS : J'avais lu le premier livre d'Harper Lee "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" qui m'avait enthousiasmée. Celui-ci est dans la continuité du premier et m'a bien plu aussi. Evidemment il n'y a plus l'effet surprise de la première lecture et le sujet principal des deux livres sur les problèmes raciaux entre noirs et blancs est toujours le même. L'intrigue reste bien présente dans ce nouveau et dernier roman et les personnages ont vieilli. La jeune enfant, héroïne de celui-ci, remplace son héros de père qui était le personnage principal de l'ancienne histoire. La continuité permet de voir le conflit des générations. Les "vieux" resteront toujours dans leurs idéaux plus ou moins dissimulés face aux jeunes qui pensent avoir trouvé leurs solutions en fuyant la réalité. Sujet intéressant à débattre car encore aujourd'hui on parle toujours de la discrimination raciale. Les hommes ne sont pas encore prêts sans doute à comprendre qu'ils sont tous les mêmes malgré leurs diverses origines. Les générations se succèdent en transmettant ces différences et le livre l'explique bien. Un monde sans frontière avec une libre circulation générale est bien loin de nous.

Les braises de Sandor MARAI

ROMAN REEDITE EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Sandor Marai est un écrivain hongrois né en 1900 et décédé à San Diego en 1989. Sandor Grosschmied de Marai est marqué dans sa jeunesse par plusieurs voyages : Francfort, Berlin et Paris. Il se décide à écrire son oeuvre en hongrois plutôt que l'allemand. En 1928, il s'installe à Budapest. Il sera l'un des premiers critiques de Kafka. Il déménagera en Italie puis au Etats-Unis. Il publiera principalement des poèmes et des romans. En 1940, "La conversation de Bolzano", en 1942 "Les braises". En 1956, il s'arrêtera d'écrire au moment de l'intervention soviétique de Budapest. Il avait une vision assez sombre des relations humaines et laisse d'autres écrits comme "Révoltés", "Confessions d'un bourgeois", "Libération". Son oeuvre renferme un soixantaine d'ouvrages traduits pour la plupart en français. Sandor Marai sera désespéré au moment de la mort de sa femme et incapable d'en faire le deuil. De plus, il souffrait d'être toujours en exil. Il se donnera finalement la mort à San Diego en 1989.
RESUME : Deux amis d'enfance très liés voient soudain leurs destins prendre des directions diamétralement opposées avec une séparation imprévue et surprenante. L'éloignement semble volontaire pour l'un mais pas pour l'autre homme. Incompréhension, explications puis épilogue.
MES IMPRESSIONS : Surprise ! Je n'en dirai pas plus pour ne pas trahir l'histoire car cela gâcherait votre future lecture cependant il est intéressant de voir l'analyse psychologique des deux protagonistes admirablement décrite. Amour, haine, amitié et vengeance. Ils se retrouvent à la fin de leur vie pour l'explication ultime qui va s'avérer coriace. Le roman est très agréable à lire, très bien écrit. Je m'arrêterai là afin de ne pas révéler quoi que ce soit. A vous maintenant.



La vie est facile, ne t'inquiète pas d'Agnès MARTIN LUGAND

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 9/10.
Quelques mots sur l'auteur : Agnès Martin-Lugand est une jeune femme française, écrivain, née en 1979 à Saint Malo. Sa formation de psychologue l'avait dirigée vers la psychologie clinicienne dans la protection de l'enfance mais au bout de 6 ans dans ce domaine, elle prend la décision de le quitter et de commencer une carrière littéraire. Son premier livre "Les gens heureux lisent et boivent du café" paraît en 2014. Il sera traduit en plusieurs langues. L'auteur a obtenu des droits cinématographiques acquis par le producteur américain Harvey Weinstein. La suite de ce livre "La vie est facile, ne t'inquiète pas" paraît en 2015. Par ailleurs, un autre livre s'est intercalé en 2014 "Entre mes mains le bonheur se faufile". 
RESUME : Diane vit avec un homme après la mort de son mari et sa fille. Mais elle doit retourner en Irlande pour l'enterrement de l'ancienne propriétaire du bungalow qu'elle avait loué l'année précédente. Elle revoit Edward qui l'avait sauvé du suicide et de son désarroi l'année précédente...
MES IMPRESSIONS : La suite de "Les gens heureux lisent et boivent du café" est aussi passionnante que son premier tome. J'ai beaucoup apprécié que Diane s'en sorte en évoluant encore plus loin que dans la première partie du roman. C'est une femme plus courageuse et plus mûre qui a envie d'être heureuse pour elle mais pour les autres aussi. Elle a enfin fait le deuil de son mari mais elle a digéré également que sa fille Clara ne méritait pas non plus cette mort prématurée et elle peut penser à elle sereinement sans rancune contre le destin. A lire pour les adolescents et les adultes.




Et le ciel devient familier de François et Béatrice MORINIÈRE avec Juliette, Paul et Matthieu

PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 8/10.

RESUME PRIS AU DOS DU LIVRE et sur le site AMAZON

Sophie MORINIÈRE : 6/03/1992 17/07/2013

"17 juillet 2013, le deuil foudroie la famille Morinière. Sur une route
de Guyane, Sophie, l'aînée des quatre enfants, meurt à 21 ans dans un
accident de car alors qu'elle se rendait aux JMJ de Rio, à la rencontre du
pape François. Pour ses parents, François et Béatrice, commence alors
un long chemin de reconstruction, personnel et en famille, pour arriver à
vivre avec l'inacceptable et le non-sens.
Ils racontent, l'un après l'autre et ensemble, leur parcours émotionnel,
spirituel, familial et social depuis l'accident. Avec une grande justesse,
sans cacher les écueils ni verser dans le voyeurisme. Si la foi de ces deux
catholiques a été profondément ébranlée par cette tragédie, elle les a
aussi sauvés du pire quand tout n'était que désespérance.
Depuis son décès, ils découvrent des aspects plus cachés et intimes
de Sophie. Leur fille, dont l'existence ordinaire était semblable à celle
des jeunes de notre époque, était animée en réalité d'une vie spirituelle
intense, qu'elle partageait dans ses mails avec ses amis. Les témoignages
sur son souffle de vie, de générosité, d'attention aux autres abondent et
disent à quel point Sophie continue de rayonner.
Un témoignage fort, tout en pudeur et sensibilité, sur le deuil soudain
d'un enfant entrant dans l'âge adulte, et la force de la foi pour se relever
et continuer à vivre."

MES IMPRESSIONS : je ne pouvais pas mieux faire que copier ce résumé qui dit tout plus que je n'aurais pu l'exprimer moi-même sur cette famille foudroyée par la mort de leur fille.
L'émotion internationale qui en est ressortie en fait un événement respectueux et emprunt de dignité. Alors que les JMJ (journées mondiales de la jeunesse) devaient se dérouler quelques jours plus tard, cet accident de car a marqué la France à ce moment-là. Les témoignages nombreux de solidarité ont été au delà des espérances de la famille elle-même qui, malgré l'immense douleur, s'est sentie portée. Ce que je retiendrai de ce livre c'est le montage du livre en lui-même avec le ressenti de chaque membre de la famille. C'est intéressant d'avoir les points de vue des parents, de la fratrie et de la façon dont chacun a appréhendé la perte de Sophie si jeune et si dynamique. On sent que les soutiens familiaux sont pudiques mais pas toujours révélés. Chacun intériorise sa souffrance et ne partage pas de la même façon. Cette approche m'a vivement intéressée au delà du sujet traité et du fond sur lequel on ne peut pas dire grand chose puisque la perte d'un être cher ne se discute pas, c'est le destin. Beau livre émouvant et riche dans la force qu'il véhicule et nous apporte. Merci à cette famille de s'être exprimée avec tant de simplicité et de générosité dans la foi qui l'habite. 

Pour vous servir de Véronique MOUGIN

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu son auteur en parler dans une émission radiophonique.
Je lui donnerai 7/10.
Quelques mots sur l'auteur : Véronique Mougin, journaliste et écrivain, est née à Paris en 1977. De 2005 à 2010, elle collabore à l'Express puis à divers magazine de la presse féminine dont Femme Actuelle. Elle est spécialisée dans le domaine social et publie en 2005 deux ouvrages "Femmes en galère, enquête sur celles qui vivent avec moins de 600 euros par mois" et "Les SDF, idées reçues".  En 2009, elle publie "Papa, Maman, la rue et moi. Quelle vie de famille pour les sans domicile". Elle dirige la publication du "Dico des parents" du docteur Alain Benoit et Natacha Guilbert en 2014. Son premier roman paru en 2015 s'intitule "Pour vous servir. Les tribulations d'une gouvernante chez les ultra-riches" a été finaliste du prix Marie-Claire du roman féminin 2015.
RESUME : Françoise et son mari viennent de faire faillite avec leur restaurant. Ils sont obligés de chercher un travail et choisissent celui de gouvernante pour elle et cuisinier pour lui. Ils vont être employés par des familles extrêmement riches au-delà de ce qu'ils pouvaient croire.
MES IMPRESSIONS : Le livre est amusant et léger. Ce n'est pas le roman du siècle, mais il est récréatif et on sent un travail approfondi de l'auteur sur le plan social, qui est d'ailleurs son domaine. Les anecdotes sont amusantes et dépeignent les "ultra-riches" comme des personnes exigeantes qui dans certains cas se révèlent plus ou moins humaines....L'ambiance dans chaque exemple est différente selon les antagonistes et Françoise nous montre au cours du récit qu'elle mûrît et qu'elle se laisse faire de moins en moins. Elle connaît les ficelles du métier et n'hésite pas à avoir de meilleurs conditions de logement par exemple et un salaire toujours plus conséquent, l'expérience aidant. Au travers de ces tranches de vie chez chaque employeur, il ressort des tendances selon les milieux sociaux. Il est évident que la richesse n'a rien à voir avec le milieu et l'argent n'est pas géré de la même façon chez les uns et les autres. Le travail est souvent intense mais pas toujours justifié. Les ordres sont les ordres et le personnel ne doit que s'incliner et exécuter. Cette lecture a été divertissante pour moi et je la conseille pour les personnes qui ont envie de s'amuser un peu !

13 à table. Nouvelles de LES RESTOS DU COEUR - Les relais du coeur

ESSAI PARU EN 2015

Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Equipe collégiale qui chante chaque année pour permettre de faire fonctionner les restaurants. Mais se rajoute aux chansons, des histoires racontées par des personnes connues de la région et qui le font toujours dans ce cadre du bénévolat.
RESUME : Une douzaine d'auteurs +1 assez connus ont prêté leur voix dans ce livre de petits récits individuels sur le thème frère et soeur. De Françoise Bourdin à Bernard Werber en passant par Eric-Emmanuel Schmitt, Marc Lévy, Alexandra Lapierre etc.
MES IMPRESSIONS : Amusant, détendant ! En revanche, même si certaines anecdotes sont originales, j'ai le regret de dire que je n'ai rien retenu de ce livre plein d'humour.

Manderley for ever de Tatiana de ROSNAY

BIOGRAPHIE PARUE EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car la biographie de Daphnée du Maurier revisitée par Tatiana de Rosnay me tentait.
Je lui donnerai 10/10.
Quelques mots sur l'auteur : Tatiana de Rosnay, fille de Joël de Rosnay Docteur ès Sciences et Directeur de la Cité de La Villette à Paris et d'une anglaise, est une écrivain et journaliste française née en 1961 à Neuilly. Dès 11 ans, elle prend goût à écrire en anglais dans un cahier d'écolier. Elle habitera aux Etats-Unis, à Paris et en Angleterre où elle étudiera à l'Université d'East Angla. En 1984, elle revient à Paris où elle habite actuellement dans le XIVème arrondissement. Avant d'entamer sa carrière d'écrivain, elle sera journaliste et critique littéraire pour Psychologies Magazine, le journal Elle et plus récemment JDD (Journal du Dimanche). Elle a eu deux enfants. Depuis 1992, Tatiana de Rosnay a écrit 10 romans en français et 2 en anglais. On pourra noter dans son oeuvre : "L'appartement témoin" paru en 1992, "Le dîner des ex" en 1999, "Le cœur d'un autre", "Le voisin" en 2000 (réédition en 2010), "La mémoire des murs" en 2003. Son livre "Elle s'appelait Sarah" paru en 2007 en France est un best-seller et sera vendu dans 20 pays, traduit en 39 langues. Il reçoit le Prix Chronos, le Prix des Lecteurs de Corse et le Prix des Lecteurs, choix des libraires du Livre de Poche. La sortie du film éponyme à l'automne 2010 est l'occasion d'une réédition du livre. Il est vendu à plus de 3 millions d'exemplaires dans le monde. Fin 2009, ce livre sera adapté au cinéma par Gilles Paquet-Brenner. On notera aussi "Spirales" en 2008, "Boomerang" paru en 2009, "Le voisin" en 2010, "Rose" en 2012, "A l'encre russe" en 2013, "Son carnet rouge" en 2014. Et cette dernière biographie sur Daphnée du Maurier "Manderley for ever" est publiée en 2015.
RESUME : Biographie de Daphnée du Maurier, née le 13 mai 1907 à Londres et décédée à 81 ans en 1989 en Cornouailles dans sa dernière maison de Kilmarth. Elle a été l'auteur en particulier du roman "Rebecca" paru en 1938 et qui fut en son temps un best-seller mondial.
MES IMPRESSIONS : "Rebecca" fut un des nombreux romans de mon enfance et l'envie de découvrir la vie de son auteur m'a immédiatement intéressée. Tatiana de Rosnay nous relate la vie bien remplie de cette femme à la personnalité complexe. La famille aisée et "de bon milieu" nous permet de découvrir une jeune fille bien éduquée et très protégée. Sa personnalité réservée nous montre assez vite son désir d'indépendance vis à vis de sa famille très attachante mais parfois trop protectrice. Ce désir de liberté se fait vite ressentir et sa façon de s'évader par la pensée montre une personnalité hors du commun. Sous une apparence de vie classique, son parcours est parfois tumultueux et trouble. Ses pulsions ne la mènent pas forcément dans les bons endroits mais forgent en même temps l'écrivain qu'elle va devenir. Sa jeunesse et ses fréquentations, les lieux qu'elle croise inspirent son oeuvre. Elle s'imbibe admirablement d'une atmosphère. Dans le livre de Tatiana de Rosnay, on se croirait déjà dans ses romans car sa vie est aussi un roman. Elle a aimé à sa façon ceux qui l'entourent mais son caractère fort et égoïste ne l'a pas mené toujours au bonheur auquel elle aspirait souvent. Son père avec qui les rapports sont très proches et ses ancêtres qu'elle n'a pas connus l'ont profondément marquée. Elle se rapprochera de sa mère à la fin de sa vie, de son mari lorsqu'il est sur le point de mourir. Elle va adorer ses enfants et en particulier son fils avec qui elle aura une relation fusionnelle. Elle a beaucoup d'amitiés féminines aussi. Je ne peux et ne dois pas vous raconter le livre mais je vous invite à le lire à votre tour. J'ai été envoûtée par cette vie racontée merveilleusement par Tatiana de Rosnay et je pense relire très vite "Rebecca" qui est reparu à l'occasion dans les librairies.

Check-Point de Jean-Christophe RUFIN

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car on me l'a conseillé.
Je lui ai donné 9,5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Jean-Christophe Rufin, père de 3 enfants et marié en secondes noces avec une éthiopienne, est un écrivain, globe-trotter et médecin français né à Bourges en 1952. Il est diplômé également de Sciences Po.Il se lance très jeune en 1970 dans des missions humanitaires. Il sera plus tard vice-président de Médecins sans frontières. Ses deux premiers romans naissent de cette période : "L'abyssin" et "Rouge Brésil", tous deux récompensés par des prix Goncourt (du premier roman et le vrai). Il a eu aussi un regard critique sur la gestion dans l'humanitaire et a fait paraître des essais sur la question. En 2004, publication de "Globalia" puis en 2007 "Le parfum d'Adam" roman d'espionnage. Sur les conseils de Bernard Kouchner, il est élu le 3 août 2007 ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie jusqu'en 2010. En 2008, parution de "Un léopard sur le garrot" et la même année, il est élu à l'Académie Française à la place d'Henri Troyat dont il était le plus jeune membre. En 2010, paraît "Katiba" et en 2013 "Immortelle randonnée" qui a reçu le Prix Nomad's. Jean-Christophe Rufin publie en 2014 son dernier roman intitulé "Le collier rouge". En 2015, paraît "Check-Point".
RESUME : Un véritable thriller dans lequel Jean-Christophe Rufin raconte l'histoire de Maud, une jeune femme de 21 ans prête à partir avec un 15 tonnes pour une mission humanitaire sur les routes de la Bosnie en guerre. Accompagnée de 4 hommes, elle va recueillir les confidences et blessures de chacun mais découvrir que son chargement n'est pas tout à fait celui qu'elle pense livrer...
MES IMPRESSIONS : Excellent roman qui nous mène vers une analyse minutieuse de l'auteur sur chacun des protagonistes qui se présentent entre eux leurs souffrances passées et ce qu'ils viennent chercher dans cette mission humanitaire. Une femme au milieu de tous ces hommes un peu perdus montre que se confier au sexe opposé est plus simple. On roule au rythme des deux camions qui se suivent et s'arrêtent à chaque check-point où le stress se fait forcément ressentir. Check-point qui signifie point de contrôle. Les formalités en temps de guerre sont souvent plus compliquées. Ces hommes qui ne s'aiment pas beaucoup vont cependant devoir cohabiter et participer à cette oeuvre humanitaire qui à priori les unit tous. L'histoire très bien menée est pleine d'action et le danger permanent d'être découvert se vit comme une action réelle. Je conseille véritablement cette lecture remplie d'un suspens intense.

Baronne Blixen de Dominique de SAINT PERN

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait dans le cadre de ma tournante de livres.
Je lui donnerai 8,5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Dominique de Saint Pern, journaliste française, a été rédactrice en chef des magazines Elle et Marie Claire et collabore à M (magazine du Monde). Elle est l'auteur de "L'extravagante Dorothy Parker" en 1994, "Les amants du soleil noir" en 2005, "Pour l'amour d'un guerrier" en 2007 et "Baronne Blixen" en 2015. Le choix de cette dernière biographie pour Dominique de Saint Pern tient de la découverte de la tombe de la Baronne Blixen et de la visite de sa maison transformée musée. En découvrant son oeuvre et surtout l'histoire de Karen Blixen par elle-même et la rencontre avec diverses personnes qui l'ont connue, va l'inciter  à en retracer sa vie.
RESUME : Karen quitte le Danemark pour l'Afrique en vue de son mariage avec le baron Bror Blixen. L'infidélité de son mari entraîne prématurément son divorce et une vie de souffrance physique liée à la syphilis et à ses traitements, maladie qu'elle a contractée à cette occasion. Le reste de sa vie évolue vers des amours déçues, une faillite de sa ferme qui l'incite à quitter l'Afrique, une santé fragile et le démarrage de sa carrière littéraire tardive afin de pouvoir gagner sa vie.
MES IMPRESSIONS : J'ai découvert que Karen Blixen sous son nom d'écrivain Isak Dinesen (1885-1962),  était l'auteur de "La Ferme africaine" paru en 1937, livre qui avait inspiré le film  "Out of Africa" produit par Sidney Pollack avec les acteurs Meryl Streep qui joue son rôle et Robert Redford. Le roman biographique de Dominique de Saint Pern montre combien le film "Out of Africa" est exactement la vie de Karen. En lisant ce livre, j'ai eu l'impression d'être dans le film que j'avais vu il y a déjà quelques années et qui m'avait marquée. Cette femme est une passionnée et on a l'impression que c'est toujours l'amour impossible. Elle voudrait être heureuse et à chaque fois, lorsque tout se stabilise, la passion et l'amour sont stoppés. Elle croise la maladie, la mort. Puis plus tard, elle veut diriger son destin en obligeant l'homme qu'elle aime à faire ce qu'elle souhaite. Trop envahissante, Thorkild Bjorvig la quitte. Il racontera plus tard à 56 ans cette liaison obligée dans un livre "Le pacte" paru en 1974. Elle voulait qu'à son contact il reste avec elle et soit inspiré dans son oeuvre orientée vers la poésie. Je conseille cette lecture intéressante qui raconte le destin d'une femme hors du commun.

La nuit de feu d'Eric-Emmanuel SCHMITT

ROMAN PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'apprécie cet auteur.
Je lui donnerai 10/10.
Quelques mots sur l'auteur : Eric-Emmanuel Schmitt est né en 1960. Il est fils de professeurs d'éducation physique. Diplômé de l'Ecole Normale Supérieure d'Ulm et Agrégé de philosophie en 1983. En 10 ans, il est devenu une référence littéraire française sur le marché international. Il a écrit de nombreuses oeuvres que je vous conseillerai même si elles sont plus anciennes :"Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran" (2001), "Oscar et la dame en rose" (2002), "L'enfant de Noé" (2004) sans oublier "Ma vie avec Mozart" (2005) et "Odette Toulemonde" (2006) et "La rêveuse d'Ostende" (2007). En 2008, "Ulysse from Bagdad" paraît à son tour puis en 2009 "Le sumo qui ne pouvait pas grossir". En 2010, on trouve dans les librairies "Concerto à la mémoire d'un ange". En 2011, paraît "La femme au miroir". Je n'ai pas cité toute son oeuvre qui comprend aussi des pièces de théâtre et d'autres titres. Deux romans sont publiés en 2012  : "Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus" et "Les deux messieurs de Bruxelles".  En 2013, j'ai lu "Les perroquets de la place d'Arezzo". Se rajoute en 2015, ce dernier roman "La nuit de feu".
RESUME : Eric-Emmanuel Schmitt nous raconte une histoire qui serait la sienne lorsqu'il avait 28 ans au cours d'une randonnée dans le grand sud de l'Algérie. Des questionnements sur son existence, sa raison de vivre le pénètrent lorsqu'il se perd dans le désert et qu'il se croit perdu,  il nous en fait part sereinement à la porte de sa mort.
MES IMPRESSIONS : C'est vraiment du très bon Eric-Emmanuel Schmitt ! On retrouve son ressenti, ses expressions et son phrasé qui lui sont propres. C'est tellement agréable à lire que j'en redemande. L'homme se pose les mille questions que nous nous posons mais il l'expose tellement simplement avec une profondeur facile et indéfinissable. Cet écrivain est unique et exceptionnel. On ne doit pas passer à côté de ce livre. Il nous interpelle sur nous aussi au travers des questions existentielles sur Dieu, sur les hommes, sur le monde... Un moment très riche pour moi en tant que lecteur. Je vous conseille de le lire au plus vite, c'est une leçon de philosophie à la portée de chacun d'entre nous. Un livre apaisant avec une pointe de joie et de paix dans notre monde torturé.

Mémé dans les orties d'Aurélie VALOGNES

ROMAN PARU EN 2015

Le choix de ce livre s'est fait car je fais partie d'un groupe de lecture sur Facebook qui le conseillait.
Je lui donnerai 6/10.
Quelques mots sur l'auteur : Aurélie Valognes est née probablement en 1983 (33 ans en 2016). Diplômée de l'école supérieure de Commerce NEOMA Business School (ESC Reims), elle s'est spécialisée en commerce et en marketing. Elle a travaillé dans diverses entreprises à l'étranger de l'Europe aux Etats-Unis en passant la France. L'écriture, sa passion, l'a dirigée tout naturellement vers  "Mémé dans les orties" son premier roman paru en 2014 en auto-édition puis en version papier en 2015. Son second roman "Nos adorables belles filles" publié en mai 2016.
RESUME : Un vieil homme qui a perdu le goût à la vie agace son entourage. La mort de son chien va le bouleverser. On l'oblige à revoir du monde et son comportement va changer par ces nouvelles rencontres.
MES IMPRESSIONS : Livre un peu superficiel à mon goût. J'avais lu des bonnes critiques qui disaient que ce livre était drôle et rafraîchissant. Je dirai naïf et léger. Ce sont des rapports humains entre des personnes d'un même immeuble. Dans le même genre d'ambiance, j'ai préféré "L'élégance du hérisson" de Muriel Barbery. Pour revenir au roman d'Aurélie Valognes, je pense qu'il peut plaire à des lecteurs ou lectrices qui aiment la dérision et un certain type d'humour. Ce livre est dit optimiste, oui d'une certaine façon car le vieux monsieur va retrouver le bonheur et la raison de rester sur terre pour d'autres que lui. La morale serait de dire que même si son existence semble inutile apparemment à un moment de sa vie, il prend conscience qu'il va pouvoir être là pour des personnes qui ont besoin de lui. Une belle fin.

Palmyre L'irremplaçable trésor de Paul VEYNE

ESSAI PARU EN 2015
Le choix de ce livre s'est fait car j'avais apprécié déjà un livre de cet auteur.
Je lui donnerai 7,5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Paul Veyne est né à Aix-en-Provence en 1930. C'est un archéologue et historien spécialiste de la Rome Antique connu du grand public. Il a été élève de l'Ecole Normale Supérieure, membre de l'Ecole Française de Rome. Grâce à Raymond Aron, il devient professeur honoraire au collège de France. Il va recevoir de nombreux prix tels que le Prix Femina de l'essai  "Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas" en 2014. Parmi ses nombreux ouvrages, il a publié une étude de référence sur l'oeuvre et la personne de René Char avec qui il a été ami durant une quarantaine d'années. Voici son dernier livre "Palmyre L'irremplaçable trésor" paru en 2015 et écrit dans l'urgence après la mort de l'ancien directeur général des Antiquités de Palmyre, Khaled al-Assaad archéologue, assassiné par le groupe terroriste Daech. Ces derniers ont aussi participé au saccage du site de Palmyre classé par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.
RESUME : Paul Veyne, ancien professeur et spécialiste de la Rome Antique, a eu pour métier l'étude de l'Antiquité gréco-romaine. Il a ainsi rencontré le site de Palmyre dans son parcours professionnel et en raison des événements récents, il a voulu partager avec ses lecteurs les souvenirs de ce lieu historique et rappeler le sujet d'étude qu'il avait entrepris il y a quelques années. Très frappé par ailleurs par le décès de son ami qui veillait sur ce site, il voulait lui dédier son livre.
MES IMPRESSIONS : Un livre utile pour le souvenir de notre humanité et des traces de notre passé à tous. Ce lieu est magnifique, l'auteur nous a gratifié de quelques photos dans son livre qui nous permet d'admirer ces ruines antiques. Ce que je retiens de ce livre, c'est le nombre très important de personnes qui sont tombées amoureuses de ce lieu paisible et riche. D'autre part, historiquement parlant, on comprend aussi que ce lieu appartient à plusieurs civilisations par son style particulier sur le plan architectural et ses sculptures uniques au monde. Ni l'Orient, ni l'Occident, ni les grecs, ni les latins, ni aucune religion, ni aucun pays Aram, Arabie, Perse, Syrie ne peuvent revendiquer l'appartenance à Palmyre. Palmyre est libre et multiple. Lire ce livre permet de prolonger la vie de ce lieu mythique pour ne surtout pas l'oublier et il reste à la portée de tous dans la simplicité et la splendeur.