10/01/2016

LIVRES PARUS EN 2017

Le retour de Jules de Didier van CAUWELAERT

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai été tentée par sa couverture et le thème proposé.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques notes sur l'auteur : Didier van Cauwelaert est un écrivain français né en juillet 1960. Il a commencé à écrire dès l'âge de 7 ans mais a dû attendre ses 22 ans pour être édité. Ce souhait précoce vient du regret appuyé de son père de n'avoir pu être écrivain alors qu'il exerçait la profession d'avocat. Ce dernier, de plus, ayant eu un grave accident avait marqué profondément son fils Didier qui n'a pas hésité pour son père à se diriger très jeune vers l'écriture. Didier van Cauwelaert  aborde la plupart du temps le thème de la reconstruction des personnes en souffrance. Il sera édité à l'âge de 22 ans en 1982 pour "20 ans et des poussières". Il obtient en 1994 le prix Goncourt pour "Un aller simple" qui sera adapté en film en 2001. Il a reçu par ailleurs le prix du théâtre de l'Académie Française en 1997 pour l'ensemble de son oeuvre dramatique. Il consacre quelques années de sa vie au théâtre où il joue Sartre, met en scène Beckett, Anouilh et Ionesco. Il aura une brève carrière de critique littéraire pour enfants à FR3 côte d'Azur. Je vous ajoute quelques titres parmi ses livres : "La maison des lumières" en 2009, "Les témoins de la mariée" en 2010, "Le journal intime d'un arbre" en 2011, "La femme de nos vies" en 2013, "Jules" en 2015, "On dirait nous" en 2016 et "Le retour de Jules" en 2017.
RESUME : La vie de Jules : le chien pour aveugle converti en chien pour épileptiques mais qui va perdre "son emploi" en raison d'un comportement inadapté qui va le conduire vers une condamnation à mort des pouvoirs publics. Le couple séparé d'Alice va devoir se mobiliser pour l'occasion et sauver peut-être leur ancien chien.
MES IMPRESSIONS : Le thème me plaisait et la couverture du livre me tentait. Cependant j'ai trouvé le début un peu confus et j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. Une fois les 40 premières pages lues, j'ai pu me passionner pour la suite et pouvoir connaître les raisons qui ont pu causer la descente aux enfers de ce pauvre chien malmené. Le suspens est assuré et la fin ne m'a pas déçue. Je ne vous cache pas que j'ai relu le début après avoir fini le livre pour mieux comprendre certains points mal interprétés. C'est la première fois que je lisais cet auteur dont j'avais pourtant l'impression d'avoir déjà lu certains de ses ouvrages mais il n'en était rien. Je verrai par la suite si ses autres livres me fournissent cette même impression un peu brouillon au départ.

La tresse de Laetitia COLOMBANI

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car on en a parlé beaucoup sur les ondes.
Je lui donnerai 9,5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Laetitia Colombani, née à Bordeaux en 1976, est scénariste, réalisatrice et comédienne. Elle a écrit et réalisé 2 longs métrages "A la folie...pas du tout" en 2002 et "Mes stars et moi" en 2008 en tant que réalisatrice ainsi que quelques courts métrages. Sa carrière d'actrice commence en 1998 jusqu'en 2012. Son premier roman "La tresse" est paru en 2017. Celui-ci semble être un phénomène d'édition en commençant par son succès à la Foire du Livre de Londres en mars dernier. 16 pays ont acheté les droits de traduction. "La tresse" est paru en 2017.
RESUME : Histoire simultanée de trois femmes qui forme une tresse d'espoir et de solidarité.
MES IMPRESSIONS : Très bon roman qui raconte trois vies, trois destins qui aboutissement à une issue qui relie  trois femmes. La première Smita qui est une intouchable en Inde qui veut sauver sa fille de cette vie inéluctable à laquelle est est destinée. En Sicile, la seconde Giulia qui travaille dans l'atelier de son père qui récupère des cheveux pour en faire des perruques doit accepter que l'affaire va faire faillite et pourtant elle doit empêcher cette issue fatale puis Sarah la troisième qui est une avocate de grande renommée qui va voir sa carrière s'effondrer après la maladie qui la touche. Ces trois existences racontées l'une après l'autre finissent par se rejoindre à la fin du livre. Chacune a réalisé son destin à sa façon dans un combat qui peut sembler perdu d'avance et qui pourtant est rempli d'espoir. Un très beau livre qui ne laisse pas indifférent. Le style est simple et agréable. Je vous le conseille bien évidemment.

Agatha. Le vrai meurtre d'Agatha Christie de Frédérique DEGHELT

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait en librairie en le voyant à l'étal.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Je n'ai pas trouvé beaucoup d'information sur cette écrivain. C'est avant tout une journaliste et réalisatrice de télévision française qui est devenue écrivain par la suite. Dans un interview, elle a évoqué qu'elle écrivait pour le plaisir depuis l'âge de 12 ans sans pour autant devenir romancière dans son avenir. Elle a publié en 1995 "La valse renversante", en 2007 "La vie d'une autre" et "Je porte un enfant et dans mes yeux l'étreinte sublime qui l'a conçu". En 2009, parait "La grand-mère de Jade" et en 2017 "Agatha. Le vrai meurtre d'Agatha Christie".
RESUME : Agatha Christie est recherchée partout. La vérité est qu'elle a disparu volontairement pour faire payer son mari qu'elle aime et qui l'a trompée.
MES IMPRESSIONS : Livre très instructif et agréable à lire. J'ai appris cet événement dans la vie d'Agatha Christie que j'ignorai totalement alors que j'avais lu jadis ses nombreux romans à suspens. On comprend sans doute que cet épisode de sa vie a pu inspirer par la suite de nombreuses autres romans. Ne voulant pas dévoiler l'histoire de la vie d'Agatha Christie, je reste discrète sur ce qu'il va se passer pour cet écrivain mondialement connue. Frédérique Deghelt brode sans doute un peu mais tout est passionnant.

Celle qui fuit et celle qui reste. L'amie prodigieuse III d'Elena FERRANTE

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car j'en ai lu les deux premiers tomes.
Je lui donnerai 10/10.
Quelques mots sur l'auteur : Elena Ferrante, son pseudonyme, serait née en 1943 à Naples. En effet, cet écrivain ne souhaite pas être identifiée pour protéger sa vie privée et ne voit pas l'intérêt que ses lecteurs la connaissent. Depuis peu, certains avanceraient que c'est une femme et elle pourrait être Anita Raja, la femme d'un écrivain italien Domenico Starnone. Elle vivrait en Grèce ou serait retournée s'installer à Turin. Elle n'accorde aucune interview à des journalistes, seulement par écrit dans le journal l'Unita en 2002. Son premier roman "L'amour harcelant" est paru en version italienne en 1992 (vf 1995),  et parmi son oeuvre j'ai relevé "Les jours de mon abandon" (vo 2002, vf 2004) et "L'amie prodigieuse" (vo 2011, (vf 2014). Il sera suivi par "Le nouveau nom" en 2016 et "Celle qui fuit et celle qui reste" en 2017 en version française. Il manque la traduction française du 4ème tome.
RESUME : Ce troisième tome se déroule à la fin des années 60, les deux amies Elena et Lila ont commencé leurs vies de jeunes adultes. Les mouvements féministes et protestataires s'organisent alors qu'Elena sort diplômée de l'Ecole normale de Pise. Les deux femmes se sont éloignées mais se retrouvent pour quelques temps puis des séparations s'annoncent encore et toujours. Amitié et haine sont étroitement liées au cours de leur parcours jusqu'aux années 70.
MES IMPRESSIONS : J'ai à nouveau dévoré ce troisième roman par un texte envoûtant et toujours dirigé vers la vie de nos deux héroïnes. Sans vouloir en dire trop, les deux femmes s'entraident quand l'une fait appel à l'autre et pourtant elles ne se supportent pas vraiment pour construire leur avenir ensemble. Elles vivent dans deux régions différentes et il n'est pas question de cohabiter trop longtemps. Dès que la situation s'améliore pour l'une, elles doivent à nouveau s'éloigner et surtout ne pas s'impliquer dans les choix de l'autre. Et pourtant elles ont besoin l'une de l'autre pour continuer. Ce lien très particulier est très bien rendu par son auteur et toutes les histoires qui leur arrivent sont toutes très palpitantes à lire. Je conseille ce roman véritablement.

Ma mère, cette inconnue de Philippe LABRO

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu Philippe Labro le présenter.
Je lui donnerai 9/10.
Quelques mots sur l'auteur : Philippe Labro est né à Montauban en 1936. C'est un journaliste français, écrivain, réalisateur et auteur de chansons. Né dans une fratrie de 7 enfants, son père a fait fortune grâce à son cabinet juridique et fiscal. Ses parents cacheront des juifs durant la seconde guerre mondiale. Il est marié et a eu 3 enfants. A 15 ans, il remporte un concours de journalisme parrainé par le Figaro. Son début de carrière démarre sans le bac, avec une bourse il part à l'étranger aux Etats-Unis où il forge sa personnalité. Il écrira des textes pour des chansons entre autre en collaboration avec Johnny Halliday ainsi que  pour Serge Gainsbourg pour l'album de Jane Birkin. Son parcours est de même journalistique et radiophonique sans entrer dans le détail comme chroniqueur, grand reporter,  rédacteur en chef à Europe 1, RTL, Marie-France, France Soir, Le Journal du Dimanche, Paris-Match et CNews depuis début mars 2017. ... Il a lancé la chaîne Direct 8 avec Vincent Bolloré en 2005. Bref une carrière bien remplie qui n'est pas finie ! Il a écrit plusieurs livres  et son oeuvre démarre en 1960 avec "Un américain peu tranquille" puis retour sur son jeune passé dans  "L'étudiant étranger" paru en 1986 et "Un été dans l'ouest" en 1988. En 1990, il écrit une première autobiographie "Le petit garçon" et rate le Prix Goncourt contre Jean Rouaud pour la seconde fois qui avait été en 1988.  Il sort d'une grosse dépression de 1999 à 2001 après divers problèmes de santé surmontés qu'il raconte dans un récit intitulé "Tomber sept fois, se relever huit". Son tout dernier roman paru en 2017 est "Ma mère, cette inconnue".
RESUME : Philippe Labro raconte la vie mystérieuse de sa mère qui s'est si peu confiée à ses enfants et qu'il arrive à reconstituer par des archives réunies pour l'occasion avec l'accord de ses frères et soeurs.
MES IMPRESSIONS : J'avais été tentée d'acheter ce livre et je n'ai pas été déçue. Philippe Labro raconte sa mère avec beaucoup de sensibilité et de respect. La vie de celle-ci est intéressante et son parcours semé d'embûches et de blessures de l'enfance en font une femme qui ne se plaint jamais et qui a donné tout l'amour qui lui avait manqué à son mari trop tôt disparu (il était nettement plus âgé qu'elle) et ses enfants. Le seul frère qui lui restait est aussi parti trop vite sans qu'elle ait pu savoir exactement quand mais lors d'un témoignage bouleversant d'une personne qui l'avait croisé. Je conseille ce livre qui n'est pas triste à proprement parlé mais un beau et émouvant témoignage.

De tes nouvelles d'Agnès LEDIG

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car j'en connaissais l'auteur qui m'avait plu.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Agnès Ledig née en 1973, fille de parents enseignants, est mariée depuis une vingtaine d'années à un salarié agricole d'origine normande. Elle sort diplômée d'un bac scientifique et d'une formation agronomique, pour devenir par la suite sage-femme. Les circonstances de la vie, après la perte en 2005 de son fils Nathanaël atteint d'une leucémie, vont l'amener à écrire. Durant la maladie de son jeune enfant, elle édite un bulletin hebdomadaire pour répondre aux questions de ses relations. En le rédigeant, elle s'aperçoit qu'elle parvient à bien écrire. Ayant arrêté son métier pour s'occuper de son enfant avant son décès à l'âge de 5 ans, elle finit par éditer son premier livre "Marie d'en haut" en 2012, alors qu'elle avait fait connaître cet essai dans Femme actuelle dont les lectrices l'avaient plébiscitée en 2011. En 2013, "Juste avant le bonheur" est un roman qui fait un clin d'oeil sans doute à son vécu. On pourra ajouter en 2014 "Pars avec lui", en 2016 "On regrettera plus tard" et en 2017 "De tes nouvelles".
RESUME : Anna-Lina, intrépide et enjouée, vit en roulotte auprès de son père veuf. Eric veut redonner une vie plus stable à la petite en âge d'aller à l'école et trouve chez Valentine et le vieux Gustave ce mode de vie qui conviendrait à la fillette. C'est un roman rempli d'amour, de fraîcheur ponctué tout de même par une intrigue qui complique un peu cette sérénité retrouvée.
MES IMPRESSIONS : Agnès Ledig écrit avec beaucoup de délicatesse et de simplicité. Chaque personnage est attachant et l'on se prend à entrer dans l'ambiance champêtre de l'histoire très rapidement avec tous les mystères qui tournent autour d'une histoire qui débute entre tous. Le rôle de chacun est bien décrit et chacun trouve sa place dans cette demeure où chacun a un métier, une activité mais reste très indépendant de l'autre. Les sentiments qui naissent veulent rester dans la discrétion et pourtant vivre en communauté ne peut pas empêcher l'observation des autres. Ce roman relativement long (342 pages) est agréable à lire et bien écrit, je ne me suis pas ennuyée !

Un fils parfait de Mathieu MENEGAUX

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car on m'en a parlé.
Je lui donnerai 8/10.
Quelques mots sur l'auteur : Mathieu Menegaux est né en 1967 à Paris. Diplômé d'HEC en 1989, il a débuté une carrière dans l'industrie au Maroc et il travaille aujourd'hui dans un cabinet de conseil en management. Son premier livre est paru en 2005 "Julien", puis "Je me suis tue" en 2015 qui a obtenu le prix du premier roman des vingtièmes journées du livre de Sablet. "Un fils parfait" est son dernier roman en date publié en 2017. Cet auteur dit aimer la tragédie et a beaucoup lu avant d'écrire lui-même vers l'âge de 45 ans. Les thèmes de ses livres explorent la complexité de l'âme humaine mais aussi de la justice.
RESUME : Le combat d'une mère pour sortir ses filles d'une situation insupportable : l'inceste de leur père.
MES IMPRESSIONS : un livre poignant surtout lorsque l'on sait qu'il part d'une histoire vraie. Quand une mère fait tout à l'envers et que toutes les culpabilités lui retombent dessus par manque de bons conseils avec un mari bien avisé qui profite des failles qui lui sont offertes. C'est un roman violent car sa lecture est insupportable. J'ai été obligée de lire la fin de l'histoire avant de continuer pour savoir comment cela se terminerait car le suspense était intolérable dans un déroulement d'actions qui accusent la mère page après page de ses actes. Elle culpabilise de laisser ses filles malgré elle dans les mains d'un père violeur qui a réussi à se blanchir et un entourage qui n'a rien vu ... et des enfants qui sont tétanisées pour éclairer la justice en n'avouant rien. Le thème de ce livre pose beaucoup de questions sur la voix des enfants, de la femme et l'enquête dans ce livre semble prendre un seul tournant en faveur du coupable. A lire certainement mais un écrit violent tout de même par ce combat contre l'inceste et qui semble vain.

Le cas Malaussène tome 1 Ils m'ont menti de Daniel PENNAC

ROMAN PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car j'ai entendu parler son auteur qui présentait son livre avec conviction. Je lui donnerai 5/10.
Quelques mots sur l'auteur : Daniel Pennac est né au Maroc en 1944. Il a grandi en Afrique et en Asie du Sud. De son vrai nom Daniel Pennachioni, son père d'abord officier de la Coloniale avait fait Polytechnique et sa mère était femme au foyer. Il est le dernier d'une fratrie de 4 garçons. Les 3 aînés ont été brillants durant leurs études. Il obtient une maîtrise de Lettres à Nice et débute comme professeur dans un collège de Soissons. Il écrit son premier essai en 1973, un pamphlet sur le service national. Puis commence sa carrière d'écrivain pour les enfants. Il donne jour à la famille Malaussène entre autre dont il tirera des livres "La fée carabine", "La petite marchande de prose", "Monsieur Malaussène". Il a reçu le Prix Renaudot en octobre 2007 pour son livre "Chagrin d'école". Ses succès connus sont : "Cabot-Caboche" en 1982 et "L'Oeil du loup" en 1984. Daniel Pennac vient d'écrire "Le cas Malaussène tome 1 Ils m'ont menti" paru en 2017.
RESUME : Kidnapping de l'affairiste Georges Lapièta. Une enquête complexe entre des avis qui divergent entre police et justice, des mensonges qui se multiplient.
MES IMPRESSIONS : Livre incompréhensible pour moi. Je n'ai pas du tout aimé et je crois ne pas en avoir compris la moitié. Certes il y a une enquête mais les noms des personnages sont confus et les rappels en fin de livre pour les comprendre sont odieux. J'ai déjà tout oublié et je ne sais même plus comment cela se termine, qui est responsable et s'il y a finalement une solution. Dommage car l'auteur m'avait bien tentée.

Un saint homme d'Anne WIAZEMSKY

PARU EN 2017
Le choix de ce livre s'est fait car j'aime bien les livres de cet écrivain.
Je lui donnerai 10/10.
Quelques mots sur l'auteur : Anne Wiazemsky est un écrivain, comédienne et réalisatrice française née en 1947. Par sa mère Claire née Mauriac qui a épousé le Prince russe Yvan Wiazemsky (né en 1915 à St Pétersbourg et qui émigra en France après la Révolution de 1917), Anne est la petite fille de  François Mauriac. À partir de 1966, elle a été actrice de cinéma. De 1967 à 1979, elle a été la femme de  Jean-Luc Godard. Son passé d'actrice ne l'empêche pas en 1988 de tourner son dernier film et de se consacrer uniquement à l'écriture. Elle commence par un recueil de nouvelles "Les filles bien élevées" publié en 1988 puis elle enchaîne par son premier roman en 1989 "Mon beau navire".
En 1993, "Canines" sera récompensé par le Prix des Lycéens, mais la série ne s'arrête par là par un autre Grand Prix du Roman de l'Académie en 1998 sur le titre "Une poignée de gens". Elle publie aussi en 2001 "Aux quatre coins du monde" et en 2002 "Sept garçons". En 2007, elle revient sur son passé avec "Jeune fille" roman autobiographique dans lequel elle raconte le rapport de force qui l'opposa au cinéaste Robert Bresson. Pour conclure, ses romans sont souvent influencés par l'histoire de sa famille. En 2009, elle publie "Mon enfant de Berlin". En 2011, paraît son dernier roman "Une année studieuse" qui raconte sa rencontre avec Jean-Luc Godard. Suit plus tard en 2015, "Un an après" qui finit sa relation avec le cinéaste. Cette année en 2017, "Un saint homme" est publié.
RESUME : Anne Wiazemsky rend hommage au père Deau qui l'a toujours encouragée pour l'écriture  depuis son adolescence. Il se trouve que la famille d'Anne et le père vivaient au même moment à Caracas au Vénézuela. Leurs routes se sont éloignées très vite après mais l'amitié a résisté contre vents et marées.
MES IMPRESSIONS : J'aime bien la façon dont Anne Wiazemsky raconte ce qu'elle a vécu car on sent une grande sincérité dans ses écrits avec une pointe de nostalgie ici puisque le père Deau n'est plus. Elle l'a aimé car il l'a toujours écoutée sans la juger, l'a soutenue dans les moments difficiles. Leur fidélité d'amitié est saine et constructive. Chacun était là pour aider l'autre lorsqu'il a fallu parfois se dévoiler dans son humilité, son intimité et sa fragilité. C'est un livre profond qui m'a vraiment beaucoup plu. La vie de cette femme est riche car pas classique, elle est déjà la petite fille de Mauriac et quelque soient ses rencontres, elle nous les fait vivre. Elle a sans doute hérité des qualités littéraires de son grand-père même si elle n'aura pas sa destinée. A lire pour tous.